Vous êtes ici

Le bénéfice du réentraînement à l’effort au cours des pneumopathies interstitielles diffuses : un essai contrôlé randomisé

2.01
Average: 2 (1 vote)

Fibrose pulmonaire idiopathique: traitement

La place du réentraînement à l’effort dans l’arsenal thérapeutique des pneumopathies interstitielles diffuses (PID) n’est pas définie. Les études évaluant le réentraînement à l’effort sont peu nombreuses, de faible effectif, avec des limites méthodologiques. Leurs résultats variaient selon le type de PID, leur degré de gravité, et la date du début du réentraînement. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’impact de l’étiologie et de la sévérité de la PID sur le bénéfice du réentraînement à l’effort.

Il s’agissait d’un essai contrôlé randomisé multicentrique réalisé en Australie. Les patients analysés étaient atteints de PID, cliniquement stables mais présentant une dyspnée malgré un traitement médical optimal. Ils étaient randomisés en 2 groupes. Le premier groupe recevait les soins habituels et le deuxième groupe avait un réentraînement à l’effort 2 fois par semaine pendant 8 semaines. Les séances supervisées comportaient 30 minutes d’exercice aérobie, avec de la marche, du vélo, et des exercices de résistance des 4 membres. Le critère principal de jugement était la distance parcourue au test de marche de 6 minutes (TM6).

Entre 2011 et 2014, 142 patients ont été randomisés. 61 patients (43%) avaient une fibrose pulmonaire idiopathique (FPI), 23 patients (16%) avaient une PID associée à une connectivite, 22 patients (16%) avaient une asbestose, et 36 patients (25%) avaient un autre type de PID. 66 patients (44%) dans le groupe interventionnel ont terminé le programme de réentraînement. Aucun événement indésirable n’a été constaté. Dans le groupe intervention, la distance parcourue au TM6 a significativement augmenté de 25 m (IC95%: 2-47) à 9 semaines par rapport au groupe recevant les soins usuels, mais ce bénéfice n’a pas été maintenu à 6 mois. Certains paramètres des questionnaires de qualité de vie comme la dyspnée et la fatigue se sont améliorés à 9 semaines. Les bénéfices étaient plus importants chez les patients atteints d’asbestose et de FPI par rapport aux patients atteints de connectivite, mais de manière non significative. Les patients du sous-groupe FPI avaient un âge moyen > 70 ans, une CPT > 75% et une DLCO > 50%. Dans ce sous-groupe, le TM6 a augmenté de 31 m (-5 à 66) à 9 semaines mais ce gain devenait presque nul à 6 mois (-36 à 38 m). Les patients avec un TM6 initial > 477 m et une PAPs ≥ 31 mm Hg avaient une probabilité moindre d’avoir un effet significatif du réentraînement à l’effort. Le bénéfice était d’autant plus important que le suivi par les patients des spécificités du programme était élevée.

Cette étude évaluant le réentraînement à l’effort chez les patients atteints de PID constitue l’essai randomisé avec le plus grand nombre de patients jusqu’à présent. Le schéma randomisé de l’étude permet de bien analyser les conclusions de l’étude, qui confirme que le réentraînement à l’effort améliore le TM6 et certains paramètres de la qualité de vie à court terme. Mais ce bénéfice n’était pas maintenu à moyen terme (6 mois). L’étiologie et la sévérité de la PID n’étaient pas prédictives de la réponse au réentraînement à l’effort. L’analyse en sous-groupes diminue la puissance de l’étude et de nombreuses analyses statistiques supplémentaires ont été réalisées compliquant la compréhension des résultats. Se basant sur leurs résultats, les auteurs recommandent le réentraînement à l’effort comme un traitement standard des PID. Cependant, l’absence de bénéfice à long terme, et la nécessité d’un suivi prolongé des programmes de réentraînement, remettent quelque peu en cause la force de cette conclusion, même si le réentrainement à l’effort fait partie de la prise en charge des patients.  

Reference

The evidence of benefits of exercise training in interstitial lung disease: a randomised controlled trial.
Dowman LM, McDonald CF, Hill CJ, Lee AL, Barker K, Boote C, Glaspole I, Goh NS, Southcott AM, Burge AT, Gillies R, Martin A, Holland AE.
Thorax. 2017 Feb 17. pii: thoraxjnl-2016-208638

Auteur

Nader Chebib